De la rue…au chantier…

 

 

 

Par Eléonore BRICHE et Pierre LACOMBE.

 

Le travail de rue ou plus communément appelé la présence sociale reste un outil essentiel pour « aller vers » le public pour lequel les éducateurs du service de prévention spécialisée sont missionnés. Depuis Novembre 2016, deux nouveaux éducateurs interviennent sur le secteur Nord Est d’Agen. Afin de s’immerger au mieux sur ce territoire, le travail de rue a été réfléchi et adapté à la vie, aux habitudes de ce secteur. Cette démarche quotidienne permet aux professionnels d’aller vers le territoire et tout ce qui compose celui-ci. Quand nous allons à la rencontre de quelqu’un ceci doit être pensé.

En effet, le travail de rue se fait différemment selon les objectifs, le but mais aussi la posture professionnelle de chacun. Concernant ce territoire, les éducateurs ont essayé de mettre une régularité sur le temps et l’espace afin d’être repérés par le plus grand nombre de personnes. Avant chaque départ en travail de rue, les éducateurs se questionnent sur quels parcours prendre, quels lieux stratégiques visés…

TRAVAIL DE RUE :

Quels objectifs ?

  • Être repérer
  • Observer
  • Aller vers le public / le territoire

Comment ?

  • Seul / Plusieurs
  • En marchant ou en s’arrêtant à certain endroit stratégique


Ce travail de rue quotidien et régulier nous a permis de rencontrer des jeunes pour par la suite constituer un groupe afin de créer un séjour éducatif. Le travail de rue n’est-il pas l’outil qui permet de rencontrer l’autre d’égal à égal et de faciliter la création d’une relation ? Ce travail d’immersion par la présence sociale, a permis aux éducateurs du service de prévention de créer un groupe de jeunes afin d’envisager un chantier éducatif. En partenariat avec le pôle jeunesse du centre social maison pour tous de la Masse, nous sommes donc partis dans le pays basque avec un groupe de 14 jeunes dans une ferme pédagogique. Au cours de ce séjour, nous avons pu par le biais des différentes actions menées sur les temps de vie quotidienne et au cours de plusieurs activités, consolider le travail effectué tout au long de l’année lors des temps de présence sociale.

Ce camp avait notamment pour objectifs d’amener les jeunes à l’extérieur du territoire, profiter d’une dynamique de groupe pour créer du lien ou amplifier la relation éducative auprès des jeunes et de renforcer les liens déjà existant avec le centre social qui est un acteur majeur du territoire. A la suite de cette action, nous revoyons les jeunes présents lors de nos temps de présence sociale, ce qui nous a permis d’échanger avec eux sur le camp et sur leurs envies de reconduire ce projet. Nous pouvons donc affirmer que la rencontre s’est faite lors du travail de rue, la relation de confiance est la répercussion du chantier éducatif, ce qui permettra à la relation éducative de ce construire sur le long terme.