Le CADA antenne du Val D’Albret

Le CADA Val d’Albret a ouvert ses portes en septembre 2016, une implantation en terre gasconne qui a débuté dans le courant du premier trimestre 2016 et la présentation du projet aux élus du territoire. Ce travail en amont a permis de construire les bases d’une relation de confiance entre les élus locaux et notre structure,  dans ce cadre,  le CADA antenne Val d’Albret a commencé l’accueil des premières familles, de façon progressive.   Une montée en charge en douceur de l’activité qui a permis aux membres de l’équipe, composée de 4 personnes, de construire des relations de qualité avec les différents acteurs qui composent le maillage particulièrement dense du tissu local néracais.

Ecoles, collèges et lycée, médecins généralistes, associations caritatives, culturelles et sportives, élus, techniciens de mairie, toutes et tous ont été rencontrées par les membres de l’équipe qui ont pu en ces nombreuses occasions informer et expliquer les enjeux de cette nouvelle activité implantée à Nérac. Partout les échanges se sont avérés riches d’écoute et d’intérêt, une attention qui permet aujourd’hui à l’équipe du CADA antenne Val d’Albret d’accompagner les familles en situation de demande d’asile dans de bonnes conditions et avec le soutien des partenaires de terrain.

En effet les missions des CADA se définissent avec la notion d’accompagnement :

  • L’accompagnement à la procédure de demande d’asile,
  • L’accompagnement à la santé,
  • L’accompagnement à la scolarité et plus largement à la construction du lien social,
  • L’accompagnement à la sortie du dispositif.

L’enjeu principal de notre activité est lié à notre première mission d’accompagnement à la procédure de demande d’asile, c’est-à-dire comment permettre à une personne de raconter son histoire, ses blessures (physiques et psychiques), ses craintes et ses peurs dans le but d’obtenir une protection internationale. Ce travail nécessite la mise en œuvre de mécanismes qui vont construire un espace sécure pour la personne. Ses outils ou leviers sont regroupés dans le cadre de nos autres missions qui en  plus de subvenir aux besoins primaires des personnes, permettent d’apaiser leurs maux, d’organiser une mobilisation physique et/ou intellectuelle et finalement de pouvoir créer une relation de confiance indispensable à la réussite de l’accompagnement.

Ainsi la vie du CADA Val d’Albret se trouve rythmée de bien de façons, de moments, de moyens mis à disposition de notre public.

Même si beaucoup de personnes et familles qui arrivent généralement de Bordeaux séjournent assez longtemps à Nérac, il n’en demeure pas moins que lorsque certains s’en vont (soit pour une insertion durable en France, soit pour ne pas avoir obtenu de protection internationale) d’autres arrivent, toujours d’horizons divers, étonnés parfois d’atterrir dans cette sous-préfecture de 7 000 habitants à la lisière des Landes. Passées les premières inquiétudes, elles vont vite découvrir la tranquillité des lieux et la beauté de leur environnement.

Le temps se partage entre vie personnelle, familiale, obligations administratives, vie sociale au contact des habitants et actions collectives au CADA organisées par les membres de l’équipe. La semaine au CADA est assez variée ; les temps de rendez-vous avec le travailleur social chargé de la procédure, les temps consacrés aux rendez-vous médicaux, au suivi de la santé physique et psychologique très souvent accompagnés d’un autre travailleur social, les déplacements à Agen pour rencontrer les spécialistes et apprivoiser les ressources de cette ville plus grande, les temps de mise en relation avec l’école pour les enfants, avec les centres de loisirs pendant les vacances scolaires, et ces temps d’activités au CADA et à l’extérieur avec les personnes chargées de l’animation, bénévoles ou professionnels.

Ces moments, en particulier, viennent combler cette longue attente de la décision de l’OFPRA ou de la CNDA qui occasionne inquiétude et stress. La participation de chacun est forte autour d’un programme varié et très suivi ; les cours de français avec deux niveaux d’apprentissage, différents ateliers sur le thème de l’alimentation, source de convivialité et de partage, les activités manuelles de décoration à l’approche des fêtes de fin d’année, un atelier théâtre pour les parents et les enfants organisé dans des  locaux mis à disposition par la municipalité, les sorties randonnées, source de décontraction, de bonne humeur et d’oubli (pour quelques instants) des préoccupations concernant l’avenir, et enfin les rencontres avec les associations de bénévoles qui avec leur bienveillance apportent une aide et un soutien moral plus que nécessaire.

Ce travail autour de la problématique du « temps suspendu » pour les demandeurs d’asile se trouve renforcé en cette fin d’année 2018, avec notamment la création d’une mission de service civique dans le cadre du soutien de l’accompagnement socio-éducatif et culturel. Une démarche concrète qui va permettre à l’équipe du CADA Val d’Albret de renforcer ses actions et de continuer à répondre aux besoins de nos résidents, un levier majeur pour construire une relation de confiance entre l’équipe de travailleurs sociaux et notre public.