L’entretien, un outil du quotidien en service d’A.E.M.O.

Depuis le mois de mars 2018, dans le cadre de ma formation au métier d’éducatrice spécialisée, j’effectue mon stage long au côté des membres de l’équipe du service d’A.E.M.O. de Villeneuve-sur-Lot. Au fil de mes réflexions et par ma prise croissante de responsabilités, j’observe et expérimente différentes pratiques. J’ai choisi aujourd’hui de vous parler des entretiens en vous partageant un extrait de mon Dossier de Pratiques Professionnelles. Ce travail d’écriture et de réflexion par un retour sur soi dans sa pratique propose d’illustrer différentes pratiques à l’aide de vignettes cliniques, de situations et de leurs analyses.

« Au sein de l’A.E.M.O., les entretiens sont pour moi le support d’entrée en relation le plus sollicité. Je pourrais aborder la notion d’accueil et celle de l’écriture comme tiers qui sont étroitement liés à l’outil que représente l’entretien, mais j’ai choisi de me concentrer d’une manière plus générale, sur l’entretien dans le cadre de la visite à domicile. Il s’agit ici pour moi d’une pratique où l’on pénètre finalement dans le quotidien, celui du lieu de vie des personnes, celui que nous partageons le temps de nos visites et celui que j’ai appris à connaître et à identifier au fil de mon stage en service d’A.E.M.O.

L’entretien peut être défini comme une « interaction entre deux individus socialement situés par rapport au monde et l’un par rapport à l’autre [1]». Dans la pratique, en A.E.M.O., il s’agit bien d’un échange, auquel le professionnel prend part, mais celui-ci peut s’effectuer avec une ou plusieurs personnes. En revanche, il est vrai que lorsque nous nous retrouvons en face à face avec les personnes, chacun se construit une représentation de son interlocuteur en fonction notamment des attentes supposées de l’autre. En d’autres termes, l’entretien repose également sur le fait que le professionnel et la personne « se reconnaissent à des places différentes tout en ne niant pas l’asymétrie de celles-ci »[2]. L’asymétrie émergeant du fait que nous pouvons dire que dans un entretien en A.E.M.O., et dans le cadre de mesures dites « judiciaires », l’éducateur spécialisé se retrouve dans une meilleure position que son interlocuteur, (que certains nommeront « partenaire »), le parent, du fait de la situation de danger du ou des enfants au domicile parental, maternel et/ou paternel. En effet, lorsque je suis amenée à intervenir auprès des personnes, je mets en œuvre un mandat, j’agis donc dans le cadre d’une « aide contrainte ». En revanche, ce rapport d’asymétrie n’est pas une fin en soi. Face à la contrainte, la personne concernée ne fait pas que se soumettre, elle peut s’opposer, adhérer, discuter et aussi se défendre. « L’entretien apparaît ainsi comme un espace de négociation, négociation des places, des contenus, des projets [3]».

En visite à domicile, il s’agit de trouver ou de comprendre comment se faire accepter lorsque du fait de la mesure judiciaire, nous sommes imposés, tout en tentant de se distancier de la logique de domination exposée plus haut (même si parfois, certaines stratégies d’action face à des situations ciblées, nécessitent un rappel clair du cadre de notre intervention). Il nous faut construire ensemble un espace qui permet d’engager une ouverture à la parole de chacun et donc, un travail.

« C’est comme si, d’un commun accord, parents et éducateur mettaient d’abord en place les formes d’une visite de voisinage, informelle, sans enjeu, avec café et discussion sur des petits riens, avant de passer à ce que chacun sait être l’objet de la visite car chacun sait que le gros dossier est là. Faire comme si, avant de faire ce qu’il y a à faire, ce « comme ci » transitionnel étant évidemment essentiel pour que l’interaction de fond puisse démarrer.[4]»

 

Anaïs BERREZKALLAL

 

[1]CHAMBOREDON H. et al., S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien, https://www.persee.fr/doc/genes_1155-3219_1994_num_16_1_1251, 1 octobre 2018
[2]BOUTANQUOI M. et al., Les entretiens parents/professionnels en protection de l’enfance : construire la confiance, https://www.onpe.gouv.fr/system/files/ao/aot2012.boutanquoi_rf.pdf, 1 octobre 2018
[3]Ibid.
[4]CHOBEAUX F., Quand les éducs vont au domicile. Rencontre avec une équipe d’A.E.M.O., Vie sociale et traitements, 2012/4 n°116, p. 91 à 94. https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2012-4-page-91.htm, 5 mai 2017