Les accompagnements : Du lieu de vie au lieu de soin…

Le C.G.I. peut proposer aux parents d’assurer les accompagnements de leur enfant en cas d’impossibilité, en raison de leur situation professionnelle, d’une grande précarité sociale et financière ou sur demande des parents. Les accompagnements se font entre le lieu de vie (école, domicile, centre de loisirs…) et le C.G.I. La décision d’accompagnement se prend en réunion de synthèse en fonction de l’intérêt de celui-ci dans le projet de l’enfant. Dans certains cas, il peut permettre de garantir la régularité et la qualité du soin. Avant sa mise en place, il est impératif que l’enfant et ses parents rencontrent l’accompagnatrice afin de créer une relation sécurisante et apaisante pour l’enfant et une mise en confiance pour les parents.

Il ne s’agit pas simplement de transporter un enfant, les accompagnements sont pensés et organisés à l’avance. Ainsi chaque accompagnement est adapté à l’enfant en fonction de sa personnalité et de ses habitudes, par souci de bienveillance.

Lorsque l’on vient chercher un enfant dans son lieu de vie, nous nous assurons de préserver le rythme de l’enfant, sans précipitation. La voiture est un lieu d’échange important dû au fait de l’absence de face à face du regard. La parole se libère facilement et l’accompagnatrice peut alors faire un travail de lien avec l’équipe. La répétition de ces accompagnements crée une relation de confiance entre l’enfant et l’accompagnatrice.

Le but n’est pas d’enchaîner les accompagnements mais de faire en sorte d’apporter un temps privilégié et singulier à chaque enfant. L’enfant est accompagné jusqu’à ce qu’un relais se fasse avec un adulte désigné.

Pour conclure, les accompagnatrices font partie intégrante de l’équipe pluridisciplinaire car elles transmettent leurs observations et des informations de l’extérieur. Elles sont présentes auprès des enfants dans un souci de sécurité, d’écoute et d’attention à leurs besoins.

Sylvia BILLIERE, Marie DELLUC, Cynthia LEBON et Aurélie PUYHARDY.