L’UPAES et ses projets

 

Parce que l’Institution est vivante et que l’environnement qui l’entoure est mouvant elle doit s’adapter à son milieu, cette adaptation rend nécessaire la mise en réflexion permanente de ses réponses aux besoins des personnes qu’elle protège et accompagne.

Si notre spécificité historique reste l’accueil d’enfant en protection judicaire, l’UPAES a su, au fil du temps, innover, créer et proposer d’autres réponses à des besoins identifiés :

  • Des ateliers spécifiques qui poursuivent des objectifs variés : animés soit par des travailleurs sociaux du service, soit enbinôme avec un intervenant extérieur, soit encadré exclusivement par un intervenant extérieur.
  • Une Unité dédiée aux Jeunes Majeurs,
  • Une Unité d’Accueil de Jour avec Hébergement séquentiel « le Patio ».

Proposer des modalités d’accompagnements diversifiés c’est répondre au plus près aux besoins des enfants accompagnés. Nous devons pouvoir répondre à des situations variées, diverses, et pour le même enfant lui proposer au fil de son évolution des réponses adaptés.

Se « diversifier » ce n’est pas se disperser ou cliver nos réponses mais avoir la possibilité d’organiser des « passages » construit qui s’adaptent aux besoins de l’enfant et de son évolution.

Si l’Unité d’Accueil de Jour « Le Patio » mobilise son projet autour de la prévention, afin d’éviter la Judiciarisation, par le prisme d’un accompagnement contractuel dit « administratif » (c’est-à-dire non judicaire) il est aussi un hybride. En effet il se situe entre placement et milieu ouvert par son action volontariste sur « la parentalité » et par la possibilité qu’il offre de repli hors du champ familial : en accueil dit séquentiel tout en s’appuyant sur les ressources et les compétences familiales afin de produire du changement.

Ces différentes évolutions s’inscrivent toutes dans le droit fil des orientations actuelles des politiques publiques dans une logique de parcours et d’adaptation de « l’offre aux besoins ».

C’est dans ce contexte que l’UPAES a proposé au Département un dispositif dédié de :

Le Placement Educatif A Domicile dit PEAD

Si cette terminologie est anachronique et porteuse de confusion, et je lui préfère Dispositif d’Accueil et d’Accompagnement à Domicile, il n’en reste pas moins que cette alternative, entre milieu ouvert et placement, modalité singulière d’intervention, s’est progressivement imposée ces 10 dernières années dans la majeure partie des départements de France.

Pourtant aucun opérateur sur notre territoire Lot et Garonnais n’a structuré de projet dédié.

Si, comme d’autres dans le Département, nous faisons du PEAD, c’est par défaut, sans y consacrer les moyens nécessaires aux besoins du public concerné, sans structuration d’un projet spécifique. Nous avons intégré cet accompagnement dans la terminologie HD « Hébergement Diversifié » et le réservons uniquement à des enfants déjà accompagné dans une de nos Unités.

C’est pourquoi l’UPAES  a construit un projet spécifique, qualitatif, de création d’une Unité de PEAD de 12 places que nous avons proposé au CD 47 dans le cadre de notre Budget Prévisionnel 2020. Nous attendons le retour…

Le besoin d’un projet dédié est partagé par les Juges des Enfants de notre TGI qui soutiennent notre initiative, tant sur le fond que sur sa forme.

Cette création au sein de notre dispositif UPAES implique une nouvelle répartition de nos accompagnements.

Nous avons fait le choix réfléchi de ne pas proposer la fermeture de places de Placement Familial pour les transformer en PEAD.

En effet, nous continuons d’être « sur-sollicités » pour des accueils en Placement Familial, fondement sur lequel repose la structure de notre organisation et qui reste bien évidement notre principale modalité de prise en charge.

Le « nouvel » UPAES serait ainsi composé de 3 Unités pour une capacité totale de prise en charge augmentée de 153 à 163 :

  1. Unité de Placement Familial / dont Jeunes Majeurs : 131 places,
  2. Unité d’Accueil de Jour avec Hébergement « Le Patio » : 20 places.
  3. Unité de Placement Educatif à Domicile : 12 places.

Le PEAD UPAES : Organisé pour intervenir sur l’ensemble du Département, il permettra d’accompagner des enfants dans le cadre d’une mesure d’aide contrainte en protection judiciaire. L’orientation vers le PEAD s’exercera lorsque la situation de l’enfant au sein de sa famille, bien que fragile et nécessitant une guidance quotidienne, ne permet pas et/ou plus un placement permanent ou lorsque l’accompagnement en milieu ouvert classique s’avère insuffisant.

Notre Unité PEAD prévoit une intervention renforcée, intensive, pour soutenir, protéger, accompagner l’enfant et ses responsables légaux afin de le maintenir dans son environnement familial, faire cesser la situation de danger, travailler sur les compétences parentales.

Ce projet d’accompagnement spécifique, entre le milieu Ouvert et le Placement nécessite des interventions adaptées à chaque situation et des moyens dédiés.

Le PEAD se caractérise par une grande souplesse d’intervention notamment au niveau des horaires.

L’amplitude horaire de fonctionnement du service sera la plus large possible sur la journée incluant les débuts de soirée jusqu’à 21h, au moment où la famille est réunie. Elle couvrira également une partie du week-end, le samedi.

Il conviendra également de veiller tout particulièrement à assurer une continuité de suivi durant les périodes de vacances scolaires.

Il sera indispensable de garantir l’existence d’un interlocuteur J375/375 et 24h/24h avec une permanence téléphonique permettant aux parents ou à l’enfant de prendre contact en cas d’urgence avec un représentant de notre structure.

Grace à notre Unité de Placement Familial un accompagnement PEAD peut donner lieu à n’importe quel moment à la mobilisation d’une place d’accueil dite « de repli » chez un de nos Assistants Familiaux.

La prise en charge en PEAD étant intensive, elle sera limitée dans le temps, la mobilisation de moyen renforcé doit être suivie d’effet mesurable. Si tel n’est pas le cas une autre modalité d’intervention doit être préconisée au Juge des Enfants.

Nous soutenons une durée fixée à 6 mois renouvelables une fois.

Coopération Handicap / Médico-social et Protection de l’enfance :

Nous faisons le constat de l’évolution des problématiques des enfants que nous recevons.

Nous allons engager un travail de fond pour mieux répondre aux besoins d’enfants concernés à la fois par le champ Médico-social, celui du handicap et du soin, et celui de la Protection de l’enfance.

A l’UPAES 30% des enfants accueillis bénéficient d’une reconnaissance de la MDPH.

Ces enfants plus vulnérables que d’autres devraient bénéficier d’une double attention et pourtant nous constatons des difficultés, des disfonctionnement dans les réponses qui leur sont apportées.

Cloisonnement institutionnel, empilement de dispositif, multiplicité des acteurs, différence de culture professionnelle ont pour conséquences des coordinations compliquées et un faible niveau d’articulation.

Les conséquences sont délétères à plusieurs niveaux pour l’intérêt de ces enfants et conduisent trop souvent les Assistants Familiaux à devoir assurer un accompagnement qui ne relève pas de leur mission première et de leur formation.

En effet si ces enfants bénéficient de « prise en charge » variées » dans des lieux souvent différents, elles ne couvrent pourtant pas l’ensemble des temps dit « scolaire » et l’Assistant familial se retrouve à devoir « s’occuper » et « occuper » un enfant aux troubles multiples pendant ces temps-là.

Au motif du statut reconnu dans le champ du Handicap il bénéficie d’un projet particulier mais les Institutions chargées de répondre à ses besoins spécifiques ne lui proposent pas des prises en charge   sur l’intégralité des temps scolaire du fait même de la nature ou de l’intensité de ses troubles…paradoxe…dont nous subissons les effets précités…

On demande donc à des personnes non spécialistes, non formées, de répondre aux besoins d’enfants que les institutions prévues pour cela ne peuvent faire…cette situation est insatisfaisante.

Si nous devons réfléchir en interne à ces accompagnements spécifiques (et nous le faisons : ateliers divers organisés par l’UPAES) nous devons prioritairement mobiliser les autres acteurs pour améliorer ces situations.

C’est un chantier d’envergure mais une problématique aujourd’hui repérée par la politique publique puisque c’est un des axes de la stratégie de prévention et de protection de l’enfance (2020-2022) : « Créer des dispositifs d’intervention adaptés aux problématiques croisées de protection de l’enfance et de handicap : 1 équipe mobile par département et 50 nouveaux dispositifs ou structure correspondant à cette approche d’ici 2022 ».

LES ACTUALITES de l’UPAES

  • Un nouveau service à Villeneuve sur Lot, 21 bis rue de Contieges. Installation et inauguration au printemps 2020 dans un bâtiment pensé pour notre mission de PF.
  • Et un projet d’intervention de l’UADJ Le Patio à Villeneuve sur Lot qui va se penser
  • Un appartement T1 à Villeneuve sur Lot : loué en février 2020 pour travailler l’autonomie des jeunes majeurs : un outil pour l’équipe de l’Unité d’Accompagnement à l’Autonomie.
  • Le projet d’installation de l’UADJ « Le Patio » qui se confirme au 21 Rue de Las, juste à côté du PF, des collaborations qui se dessinent…des possibles qui s’ouvrent…
  • Une formation UPAES 2020 tournée vers les « écrans »
  • Un axe de travail fondamental se pense et se construit pour se former, agir, réagir : « Mieux anticiper le/les Risques / mieux gérer les crises » de l’accompagnement des enfants au domicile des Assistants Familiaux.
  • Des personnes qui se forment : cadres intermédiaires vers le CAFERUIS, Sophrologie, Maitresse de maison, Maitre d’apprentissage…

Olivier PECONDON

Directeur UPAES