Une CESF au service de l’AEMO : un accompagnement diversifié.

Le DAJMA, de l’ampoule au bulletin de paye.

Depuis février 2016 je suis impliquée dans la mise en place et le fonctionnement du Dispositif d’Accompagnement Jeunes Majeurs qui s’adresse à des jeunes majeurs de 18 à 21 ans issus de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Je les accompagne dans la finalisation de leurs parcours d’autonomie. Mon travail est complémentaire à celui déjà engagé auparavant par les structures d’accueil (AEMO, MECS, placement familial…). J’interviens dans de nombreux domaines (logement, recherche d’emploi, gestion du budget, loisirs).

Mon champ d’action est très large, par exemple dans la même journée, j’ai déjà été amenée  à régler un souci d’ampoule ou bien l’incompréhension d’une fiche de paye. Par exemple, lors d’une visite à domicile, une jeune fille voulait contacter son propriétaire car une ampoule avait grillé. J’ai du lui rappeler ses droits et ses devoirs en tant que locataire.

En fin de journée, un jeune majeur ne comprenait pas pourquoi le montant de son salaire avait baissé. Nous avons relu ensemble son bulletin de salaire, j’ai constaté qu’il avait eu trois jours carences suite à son arrêt maladie.

L’accompagnement est adapté à chacun et prend en compte toutes les questions, aussi minimes soient-elles, de la vie quotidienne.

Une CESF en AEMO ? Une espèce rare !!!

J’accompagne certaines familles qui bénéficient d’une mesure AEMO. Mon intervention consiste à les soutenir dans la recherche d’un logement, la gestion des documents administratifs et le budget.

Ce qui m’intéresse particulièrement c’est le travail que je mène en co-intervention avec l’équipe pluriprofessionnelle (psychologue, puéricultrice, éducateurs). Je constate sur le terrain que nos compétences sont complémentaires, nous les mutualisons pour répondre collectivement aux besoins des familles. Cette co-intervention reste pour moi très enrichissante.

 

Mathilde LALUQUE

 

Témoignage

Le DAJMA : Si j’ai accepté de faire un contrat avec le DAJMA c’est tout simplement parce que j’avais peur d’être lâcher dans la nature sans avoir un accompagnement. Je ne regrette en aucun cas car Mathilde est là pour me conseiller, m’aider dans mes démarches, ou même répondre aux questions que je lui pose et répond toujours à mes besoins. Même si j’ai du mal à donner ma confiance aux personnes Mathilde l’a obtenue. C’est pour cela que lors de nos rendez-vous une fois par semaine je lui parle de tout et j’en profite pour faire ce que je n’arrive pas seule. Exemple : papiers, démarches, ou des questions que je me pose. Je trouve que le DAJMA est un bon accompagnement pour les jeunes dans le besoin alors je n’hésiterais pas à le renouveler si possible. 

Une jeune accompagnée par le DAJMA